logo-print

Accueil Article de presse Articles de 2019 Les galeries d'art en première ligne

Les galeries d'art en première ligne

22/11/2019

La cité du Bailli, riche de quatre musées et d’une multitude de galeries d’art de niveau international, est pour le moins unique pour la diversité de son offre culturelle.

L'art contemporain

Parce que l’art contemporain est devenu pour beaucoup l’une des rares valeurs refuges, il bénéficie dans certain cas d’une exonération fiscale, les professionnels de l’art sont très présents dans un paysage tropézien richement doté de 4 musées, d’une ribambelle de peintres locaux et de multiples galeries ayant pignon sur rue. Pour exemple citons celles de Henri Sié, un ex chanteur d’opéra fort doué pour la couleur et le trait, installé depuis 1970 près de l’église, ou encore l’Atelier Gérard Leroux, depuis 35 ans sur la place de l’Hôtel de ville.
 


 

Le marché de l’art, un eldorado pour les collectionneurs

Investisseurs et collectionneurs sont totalement grisés par l’envol de chiffres enregistrés dans les salles d’enchères : 45 millions pour une oeuvre de Basquiat (New York, 2018) et près de 81 millions pour la sculpture la plus chère de l’année signée Jeff Koons. Même si l’on est très loin du montant détenu par Christie’s qui a pulvérisé tous les records avec le « Salvator Mundi » de Leonard de Vinci attribué à une fortune du golfe persique, pour 450 millions de dollars. Saint-Tropez semble être un point de rencontre pour les professionnels de l’art puisque entre 2018 et 2019, trois nouveaux et importants galeristes ont misé sur la presqu'île pour promouvoir leur artiste fétiche.

Très présent dans l’hexagone et aux États-Unis, Robert Bartoux et son groupe familial gèrent pour l’heure 13 galeries d’art, toutes implantées sur de prestigieuses places internationales, notamment New-York, Paris, Londres ou Singapour. Pour son adresse tropézienne, il a misé sur l’immense popularité des sculptures animalières en résine colorée, en pierre ou en bronze de Richard Orlinski, dont la série Born Wild électrise le mécénat d’entreprise tout autant que les ténors du luxe, jusqu’au Tout-Hollywood. Porté par l’énergie du célébrissime Kong, cet artiste plasticien se classe dans le top 20 des français les plus vendus dans le monde selon l’indice Art Price.


Galerie Orlinski,
70 rue Général Allard.
Entrée Libre - T. 04 94 45 63 58

Galerie Garance Montador

Derrière son élégante façade rouge, l’espace Garance Montador entend faire partager au public une véritable passion pour l’art contemporain, avec des pièces exclusives qui constituent une collection unique en Europe. À l’honneur, Robert Combas, enfant terrible de la figuration libre et l’un des grands monstres vivants de la peinture française. Ce cousin méditerranéen de Keith Haring, du moins pour le trait, est aussi un humaniste fasciné par Van Gogh, la littérature et la musique. Bien que son coeur de marché soit essentiellement français, la cote de Combas, dopée par des enchères à la hausse, amorce une remarquable accélération avec des répercussions jusqu’en Asie.

 


Encouragés par une fluctuation positive (+500% depuis l’an 2000) les collectionneurs de la première heure remettent progressivement sur le marché des oeuvres majeures, certaines détenues depuis vingt ans et plus, ce qui offre à l’artiste une nouvelle visibilité internationale. Mais ne vous leurrez pas, si en fonction de leur taille bien sûr, de nombreuses oeuvres restent encore accessibles, cela ne devrait pas durer.

Galerie Garance Montador
5 avenue Paul Roussel.
Entrée Libre
T. 04 94 97 61 82

Fondation Linda et Guy Pieters

Sur la Place des Lices, un ancien hôtel particulier magistralement rénové, accueille la Fondation Linda et Guy Pieters depuis juillet 2018. Désormais tropézien d’adoption, le charismatique protecteur des arts flamands se partage entre la Riviera et Knokke-le-Zoute où sa galerie est réputée auprès des collectionneurs de l’Europe du Nord. Ici, Guy Pieters a promis d’organiser quelques-uns de ces happenings insolites dont il a le secret autour de ses artistes signatures : Venet, Niki de St Phalle ou encore Arman... Pour l’inauguration de ce lieu très contemporain, la première exposition a rassemblé plans, croquis et photos autour de l’événement « London Mastaba », la gigantesque sculpture flottante de Christo, apôtre de l’emballage artistique éphémère. Nul n’a oublié l’emballage du Pont-Neuf ou celui du Reichstag, n’annonçant d’ailleurs rien moins que celui de l’Arc de Triomphe l’année prochaine, nourriture visuelle d’un buzz médiatique planétaire qui promet d’émerveiller un public néophyte autant que les professionnels de l’art.


À la Fondation Linda et Guy Pieters, 2019 sera une année dédiée aux artistes belges avec entre autres Jean-Michel Folon (1934-2005) cet été, Koen Vanmechelen à l’automne et jusqu’au 15 juin, Jan Fabre, polyvalent et créatif, dont les oeuvres conjuguent sculptures, théâtre ou chorégraphie. Son exposition tropézienne, intitulée « Le garçon qui porte la lune et les étoiles sur sa tête » dévoile sculptures en bronze doré et maquettes à la cire complétées de 24 dessins et collages originaux, le tout fortement inspiré par le cosmos mais aussi par l’imagerie mystique ou l’univers poétique du Petit Prince de St Exupéry.

La Fondation Linda et Guy Pieters
Place des Lices : 28, bd Vasserot. Saint-Tropez
Entrée libre toute l’année / Ouvert 7j/7 sauf mardi-mercredi, de 10h à
19h / T. +33 (0)4 22 84 01 89 - info@fondationlgp.com

Facebook

Twitter

Instagram

Table d'orientation

Photothèque

Vidéothèque

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies Personnaliser