logo-print

Accueil MICE Etablissements avec salles de séminaires Hôtel Byblos

Hôtel Byblos

24/01/2018 (archive)

« Je veux créer un lieu féerique unique au monde, avec des meubles précieux, des mosaïques anciennes et des statues antiques. »

Un demi siècle de légende

Dessiné à la façon d’un hameau provençal avec ses fontaines, ses placettes pavées à l’ancienne et ses jardins luxuriants, le Byblos de Saint-Tropez, toujours en première ligne, se classe comme l’un des fleurons de l’hôtellerie de la French Riviera.


Impassible au survol des ans, la fière bâtisse semble alanguie sous les lumières du sud, bercée de souffles marins, exactement comme dans les contes et légendes de cet Orient d’où vient son nom. Dans l’histoire antique, Byblos fut un petit port du Liban, l’un des berceaux de la mythologie qui vit naître l’écriture, il y a plusieurs millénaires… Un promoteur libanais se ruine pour construire le plus bel hôtel du monde… Cette manchette a fait les gros titres de Paris Match en septembre 1967 dans un article consacré à l’homme d’affaires Prosper Gay Para, gestionnaire de nombreux établissements de luxe au Liban. Amoureux de Saint-Tropez et de BB, il affirmait à qui voulait l’entendre que le petit port de pêche varois était lui aussi chéri par les Dieux, tout comme le fut la cité phénicienne. Quoi qu’il en soit, Prosper Gay Para fut un visionnaire. L’homme avait pressenti le devenir royal de cet eden tropézien, rendez-vous annoncé de l’élégance, de la fête et des arts.
Photos : L’hôtel Byblos dans les années 60

Symboles Grecs

Des architectes inspirés établissent des devis. Ils frôlent le milliard de francs, justifiés par un modernisme d’avant garde et des travaux herculéens. Le projet final doit être inauguré en mai 1967, une réalisation immobilière époustouflante, réservée aux milliardaires et aux célébrités en villégiature sur la Côte d’Azur. Il faut reconnaître que la conception de cet hôtel a fière allure. Sur une surface de 5500 m2, les 58 chambres sont assemblées à la façon d’un petit village, avec des tuiles romaines et des balconnets de fer forgés pour l’authenticité du sud et des façades hautes en couleurs. L’hommage aux civilisations antiques est omniprésent. Du logo de l’hôtel inspiré par l’enlèvement d’Europe, les symboles grecs,


persans ou romains courent le long des murs et des sols et c’est un bas relief réalisé par deux maîtres céramistes de Vallauris qui surplombe la piscine centrale, chauffée à 27°C, une révolution pour l’époque. Pour sublimer cette oasis méditerranéenne, les architectes ont planté une végétation luxuriante : oliviers centenaires et palmiers géants cernés de bougainvilliers et même du jasmin... Perspectives d’arcades et dédale d’escaliers, boutiques, bars et restaurants… Même Prévert n’aurait pu imaginer plus bel inventaire pour un palace qui revendique sa différence et sa forte personnalité. Pour que la nuit soit festive, ce véritable complexe de vacances propose deux discothèques, le Krak des Chevaliers et les Caves du Roy. Le monde entier, et ce n’est pas peu dire, près de 1000 invités, assiste à cette inauguration terriblement élégante. Même si l’organisation pêche un peu pour cause de succès, quelques bousculades au bar, sans compter une panne d’eau intempestive qui retarde le remplissage de la piscine et la bonne marche des jetstream. Qu’à cela ne tienne... toutes les bouteilles d’eau minérales stockées dans l’hôtel seront sacrifiées dans le bassin. Ce sera l’épouse du promoteur en personne, la douce Medea Gay Para qui remplira la fonction de surveillance, ce qu’on appellerait aujourd’hui un audit, en faisant venir son chef comptable de Beyrouth. Car le budget prévisionnel, bien que colossal, est largement dépassé, deux à trois fois paraît-il… Pas de quoi inquiéter vraiment Prosper Gay-Para qui bénéficie du soutien infaillible des banques libanaises. La guerre éclair contre Israël n’était pas prévue dans le film. Elle va brouiller les cartes, provoquant le gel des avoirs bancaires au Moyen-Orient et la cessation de toutes les affaires en cours.

 

 

Pour sauver la mise, vendre ou ne pas vendre ? Et à qui ? Dans les Parcs de Saint-Tropez réside un certain Sylvain Floirat. L’homme d’affaires auvergnat est réputé pour sa sagesse et une certaine antipathie pour les folies et les excès de toutes sortes. D’origine modeste, son exceptionnelle réussite a été acquise par la rigueur et le travail : création d’une compagnie d’aviation, acquisition de Breguet puis de Europe 1. Entre autres. Assurément l’homme de la situation. « Je suis l’acheteur du Byblos » dira-t’il sobrement avant de s’en retourner dans son château en Dordogne. Sous l’ère Floirat, la bâtisse va peaufiner son costume et s’offrir le summum de la modernité, de l’esthétisme et du confort. La légende est en marche. Les Caves du Roy : le culte de la fête Le Krak des Chevaliers, investi par un éphémère club Barclay puis par un bar à champagne, a désormais disparu. C’est aujourd’hui un espace consacré au Spa Sisley. Les jet-setteurs, eux, ont fait leur choix depuis longtemps. Ils ont élu les Caves du Roy plus beau club de la Riviera voire de France. Et ce titre envié est toujours d’actualité. Pour fêter un demi siècle d’existence, les volumes et les palmiers lumineux d’inspiration orientale ont été repensés par François Frossard, un designer français basé à Miami, incontestablement l’architecte d’intérieur le plus hype du moment.


Des générations de noctambules ont dansé ici jusqu’à l’aube et sablé le champagne dans une atmosphère exubérante mais toujours chic. Cinq décennies de nuits blanches ont permis aux Caves du Roy de s’inscrire dans la continuité et de s’installer sur le podium de la renommée aux côtés du Club 54 à New York, du Pacha à Ibiza et du Palace à Paris. Ici, rien d’insolite… se faire servir un cocktail par Eddy Mitchell, assister à un duo improvisé, Aznavour au piano et Liza Minelli au micro, ou voir débouler « la bande à Barclay ». Le roi du microsillon abandonnait volontiers ses fameuses « soirées blanches », données


dans sa maison du Cap Camarat, pour débarquer tard dans la nuit avec sa bande, Daniel Hechter, Darry Cowl, Stéphane Collaro, Carlos... rejoints par Johnny Hallyday et les autres, le prince Albert de Monaco, George Michael et Elton John... C’est ici et nulle part ailleurs que la fête s’est offert ses lettres de noblesse, toute à la fois gantée et déjantée, avec la complicité de Jack E, le DJ résident qui fait danser et copine avec la crème de la planète : acteurs d’Hollywood, starlettes et top models, ténors de la politique, héritiers au sang bleu sans oublier une poignée de rock stars. Rien n’a changé vraiment malgré le temps qui passe… la file d’attente est toujours interminable sous les glycines de l’escalier, et il faut à la fois beaucoup de patience et montrer pattes blanches pour prendre place sur les coussins du fameux carré VIP où Jacqueline Veyssière, « reine des nuits tropéziennes » a régné durant trente ans. « On ne cherche pas à être tendance car on est actuel et c’est mieux » aimait préciser avec finesse Jean de Colmont, malheureusement disparu, qui lui a succédé avec un certain panache et le même grain de folie. Aujourd’hui dirigées par l’impétueux Junior, Les Caves du Roy restent le club référence, où l’on se doit d’être vu. Un club où le champagne coule à flots, près de 15 000 bouteilles y sont consommées chaque été.

Nulle part ailleurs dans le monde autant de moyens sont dédiés à la décoration d’un établissement hôtelier, près de 3 millions d’euros par an, depuis 1997. Dans le rôle du chef de chantier, Mireille Chevanne, présidente des hôtels Byblos, qui se dépense sans compter pour embellir et rénover tandis que son fils Antoine, directeur du Byblos et PDG de la holding Floirat, a la lourde charge de perpétuer la légende écrite par son arrière grand père un demi siècle plus tôt. Sur l’album souvenir du Byblos, la nostalgie n’a pas vraiment sa place car le meilleur reste à venir…



 

 

HOTEL BYBLOS 
20 avenue Paul Signac
83990 Saint-Tropez

Byblos
www.byblos50.com
#byblos50
www.lescavesduroy.com
#cavesduroy50

Facebook

Twitter

Instagram

Table d'orientation

Photothèque

Vidéothèque

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies Personnaliser