logo-print

Accueil Tout savoir sur Saint-Tropez Saint-Tropez et l’Architecture Latitude 43, un lieu Arty

Latitude 43, un lieu Arty

10/06/2020 (archive)

 

Le Latitude 43 Inspire une nouvelle génération d'artistes contemporains

Le chef-d’oeuvre Art Déco, sublimé par sa récente rénovation, s’est imposé, le temps de notre shooting, comme l’écrin solaire des oeuvres de trois sculpteurs de talent, en résidence d’été à Saint-Tropez.



À l’image des impressionnistes et des artistes, séduits par la lumière et la Dolce Vita de la Riviera, Laurent Jardin et Charles Serruya ont fait escale dans la presqu’île cet été dans la maison de famille de leur ami, Nicolas Lefebvre. Dans cette Villa Médicis, joyeuse, bohème et solaire, où se croisent les amis, les collectionneurs et les mécènes, ils ont installé leur atelier au coeur du jardin bordé de pins parasols. Un lieu magique, une magnifique fenêtre sur la mer, pour créer des oeuvres d’exception dont celles que nous vous présentons en exclusivité, pour la première fois au coeur du Latitude 43, l’immeuble icône du style paquebot, signé Georges-Henri Pingusson (1932). Un moment éphémère d’exception pour ces trois esthètes amoureux de « Saint-Tropez, une de ces charmantes et simples filles de la mer » chère à Maupassant.

NICOLAS LEFEBVRE, un artiste solaire ancré au coeur du Sacré et de la Terre Mère
« La beauté de la mer soulage immédiatement mon âme »


Dans le hall majestueux du Latitude 43, le soleil irradie de lumière les sculptures Mâât – Déesse de la Justice – et Le Pêcheur Grec, une des dernières pièces maîtresses du sculpteur qui ensoleille l’espace.

Ce mobile, hommage à Calder, né d’un divin assemblage de bois précieux, de flotteurs anciens en verre et de filets de pêche, a été dévoilé en début de saison au coeur de la galerie tropézienne de Lucas Ratton qui représente l’artiste. C’est désormais sur la plage Indie Beach House à Pampelonne que vous pourrez l’admirer cet été. Quatre oeuvres inédites en bois, pierres et coquillages, dont un totem géant en hommage à la Terre et à la Mer, ont tout naturellement trouvé leur place dans le sable, tout autant que son Installation, magnifiques dialogues d’objets, de matières, de cultures et d’époques.

Quels sont vos projets ? Une exposition en cours à Marrakech, une sculpture monumentale pour la biennale de Dakar… MAMA, une installation dédiée au dialogue des cultures Méditerranéennes. Je continue aussi de développer mes projets et mes réalisations avec de grands noms du design et de la décoration, un peu partout dans le monde.
www.nicolaslefebvre.fr
Instagram : nicolaslefebvre.artist

 

 

LAURENT JARDIN, le diamant pur de l’Art Brut
« Face à la Mer, dans le silence, j’ai trouvé l’équilibre parfait du bois, du cuir et du métal »


« Mon Art est né d’une fusion des matières et des éléments que j’ai découverts et aimés à travers la mode » explique l’artiste qui s’est fait un nom – Dragovan – dans le domaine du luxe, avant de se consacrer désormais plus largement à la sculpture et au design. Bois, cuir, métal, marbre, Laurent Jardin, fasciné par l’histoire et les Arts Premiers, sublime les matières, dans une recherche de pureté absolue. Ses oeuvres, nées de subtils assemblages bruts et précieux, transcendent la tradition artisanale en s’éloignant cependant de toute technique, dans une pure quête de liberté et de spiritualité. De son oeuvre sculpturale à ses créations design exposées dans des musées, chez des collectionneurs ou dans des galeries, comme celle de l’Ormeau des Arts à Saint-Tropez, son style tout en épure et en géométrie parfaite, recherche l’équilibre chimérique au coeur de l’instabilité du monde. À l’image de Orca, Mâât, Orus et Triomphe, ses oeuvres magnétiques réalisées ce printemps dans la baie de Saint-Tropez.

Comment Saint-Tropez vous a inspiré dans vos dernières créations ?
 

Dans cette maison, lieu de partage et de rencontres artistiques et humaines enivrantes, j’ai opéré en moi une véritable introspection créative. Au coeur de la nature, face à l’horizon, cette lumière incroyable et ce soleil si puissant m’ont donné la force de puiser au fond de moi l’envie de me transcender et de travailler sur divers projets autour de l’art, du design et de l’artisanat.

Quelle est votre actualité cet été ?
Une exposition à la galerie l’Ormeau des Arts, place de l’Ormeau à Saint-Tropez, avec mes amis Charles Serruya et Cédric Lollia et la concrétisation de divers projets en cours.
Instagram : dragovanparis

 

CHARLES SERRUYA, le poète de l’Épure
« La mer nous donne une formidable sensation de liberté, hors du temps ! »

Photographe, spécialiste des jeux de lumière et des ombres chinoises, réalisateur, sculpteur, dandy underground des nuits new-yorkaises et parisiennes, Charles Serruya a eu mille vies ! Ses sculptures en fil de fer, toutes en épure et en légèreté, dévoilent un art graphique délicat, nourri par le rêve et l’évasion, à l’image du Minotaure, une de ses sculptures emblématiques.


Charles, votre Minotaure semble toujours avoir été présent dans le hall du Latitude 43… Pouvez-vous nous présenter cette oeuvre ?
J’ai dévoilé cette sculpture monumentale de deux mètres quatre- vingt il y a une dizaine d’années au coeur du Pavillon de Gallon, un jardin botanique remarquable du Luberon, avant de la présenter dans différents lieux, dont la galerie parisienne de Pierre-Alain Challier et au show-room de la rue Royale de Vincent Darré. Le Minotaure représente la puissance et la sagesse…

Qu’en est-il de la Sphynge, l’oeuvre exposée actuellement à la galerie L’ormeau des Arts à Saint- Tropez ?
Inspirée de la mythologie grecque, cette créature fabuleuse, au sourire ensorceleur, a les traits d’une femme qui a beaucoup compté dans ma vie.

Quels sont vos projets ?
La mise en scène des projections de film de Gaby’s, une compagnie musicale à l’univers surréaliste qui sera présentée au théâtre Trévise à Paris.
Instagram : serruyacharles

LATITUDE 43, un paquebot des années d'or


Un paquebot des années d'or Construit en 1932, ce navire de béton à la silhouette futuriste s’impose fièrement dans le paysage tropézien. OEuvre de l’architecte Georges-Henri Pingusson, il fut en son temps l’un des palaces les plus avantgardistes de la Côte d’Azur, et un lieu de villégiature pour les vedettes du cinéma, les industriels fortunés et la noblesse anglaise en recherche de douceur de vivre sous le soleil du sud. Avec la Seconde Guerre mondiale, le Latitude 43 a connu diverses destinées avant de tomber dans l’oubli.


Il a pourtant résisté au temps, aujourd’hui rénové avec passion et entretenu quasiment dans son état d’origine par une association de co-propriétaires fière de redonner vie à ce bâtiment chargé d’histoire.

Triomphe de Laurent Jardin, sublime fusion des matières inspirées par la mer.

Découvrir l'établissement

Facebook

Instagram

Table d'orientation

Photothèque

Vidéothèque

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies Personnaliser