logo-print

Home Saint-Tropez News     Saint-Tropez and Brigitte Bardot

Saint-Tropez and Brigitte Bardot

Entre Brigitte Bardot et Saint-Tropez, c’est une longue histoire d’amour !

 

SEX-SYMBOL DES ANNÉES 1950 ET 1960, égérie et muse de son époque, emblème de l'émancipation des femmes et de la liberté sexuelle, Brigitte Bardot a révolutionné les mœurs, passant de la femme enfant à la femme fatale, libre et provocatrice, ingénue et impudique, dans une époque d'après-guerre très conservatrice.

 

Avec 48 films à son actif et plus de 80 chansons en 21 ans de carrière, Brigitte Bardot, tout aussi connue sous les initiales BB, est une des artistes françaises les plus célèbres sur la planète.

Et c’est à Saint-Tropez que tout a commencé !

 

Ses parents possédaient La Saravia, une maison de vacances noyée sous la végétation et les fleurs, rue de la Miséricorde et Brigitte, enfant, venait y passer des moments d’insouciance en famille.

 

C’est à peine âgée de 16 ans et après s’être fait remarquer en posant dans le magazine ELLE, qu’elle fait la rencontre décisive pour la suite de sa carrière pendant ses vacances tropéziennes : celle de Roger Vadim, pour qui elle a un véritable coup de foudre et qu’elle épousera en 1952.

 

Et c’est à Saint-Tropez toujours que Roger Vadim fera tourner Brigitte, en 1955, en lui offrant le rôle mythique qui allait changer son destin dans le film Et Dieu créa la Femme, sorti en 1956. La carrière de Brigitte Bardot est lancée !

 

Les scènes du film en extérieur sont tournées dans le quartier de La Ponche, sur sa petite plage et sur une plage de Pampelonne à Ramatuelle où une petite cabane transformée en cantine improvisée pour l’équipe de tournage deviendra le célèbre Club 55, véritable institution et une des plages privées les plus prisées de la Côte d’Azur.

 

En 1958, alors qu'elle visite « la Madrague », une maison à la vente les pieds dans l’eau près de la plage des Canoubiers, Brigitte a un vrai coup de coeur et en fait l'acquisition immédiatement. Dès lors, la Madrague sera le théâtre de fêtes grandioses qui faisaient les gros titres des journaux parisiens.

 

Sacha Distel, Alain Delon, Jean-Paul Belmondo et bien d'autres y séjournèrent. D’un hélicoptère, Gunter Sachs déversa sur le jardin une pluie de pétales de rose en guise de déclaration d'amour… L’époque est magique, romantique et extravagante.

Et apportera un formidable coup de projecteur sur Saint-Tropez dans le monde entier.

 

Mais à l’aube de son quarantième anniversaire, “L’Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise” sera son dernier film. Il annonce l’arrêt définitif de sa carrière et l’amorce d’une autre vie, sage, discrète à la limite de l’invisible, entièrement dédiée à la protection des animaux.

 

En 1962, elle est la première personnalité, en France, à dénoncer publiquement les méthodes cruelles d’abattage des animaux de boucherie.

 

En 1977, elle se rend sur la banquise canadienne pour interpeller les consciences face au massacre des bébés phoques. Les images chocs marqueront toute une génération. Elle obtiendra l’interdiction du commerce de leur fourrure.

 

En 1986, Brigitte Bardot crée sa fondation à laquelle elle fait don de "La Madrague" pour en assurer la pérennité.

 

Aujourd’hui encore, Brigitte Bardot milite activement et sans relâche depuis la Madrague, contre la maltraitance animale et l’abandon et ses interventions auprès des instances nationales et européennes ne sont pas vaines. Le changement des mentalités est en route et témoigne de son ardeur et de son engagement pour cette cause dont elle reste et demeure une figure de proue nationale.


 

 

 

10 articles trouvés

Archive

Archive

Archive

Archive

Archive

Archive

Facebook

Twitter

Instagram

Map

Photo library

Video Library

By continuing your navigation, you accept the use of third-party services that may install cookies Personnaliser